ENSEMBLE POUR UN AUTRE COEUR DE VILLE à Saint-Rémy-lès-Chevreuse
ENSEMBLE POUR UN AUTRE COEUR DE VILLEà Saint-Rémy-lès-Chevreuse

Assemblée générale du 21 mars 2018

Nous étions près de 60 adhérents et personnes invitées mercredi soir lors de l'assemblée générale de votre association.

 

Dans un premier temps, nous avons pris connaissance des rapports moral et financier tels qu'ils avaient été adressés auparavant et insisté sur l'agrément obtenu auprès de la Préfecture des Yvelines en Septembre 2017 en tant qu'Association locale d'usagers, ce qui nous permet de prendre part notamment à la Commission Urbanisme et Environnement.

 

Nous avons ensuite renouvelé les administrateurs après avoir remercié Jean Jacques BERNARD, dont le mandat venait à terme et qui souhaitait prendre du recul, pour son dévouement auprès de l'association depuis sa création en 2012. Ainsi ont été élus (ou réélus):

Dominique DELAIRE

Daniel DROUIN

Joël FONTENOY

Michel JAKIMOVICZ

Annick MINCK

 

A 21h, nous avons accueilli Dominique BAVOIL, Maire de Saint Rémy, et avons pu échanger pendant près de deux heures sur les futurs aménagements de la ville et plus particulièrement du centre ville, celui-ci faisant part également des difficultés administratives, politiques, juridiques ou financières que pouvait rencontrer la municipalité dans l'élaboration de ces projets.

  • Globalement la Mairie souhaite bien travailler sur un plan d'ensemble d'aménagement du centre ville même si certains équipements comme le centre aéré, le restaurant scolaire ou le relais assistance maternelle sont attendus depuis des années par les parents et les enfants. Il confirme d'ailleurs que le projet de ces derniers sera présenté aux associations de parents d'élèves dès la semaine prochaine, puis à la Commission d'urbanisme, l'idée étant toujours d'attaquer les travaux début 2019 pour une mise en service fin 2019. Le bâtiment serait essentiellement réalisé sous forme de modules en bois.
  • L'école Saint-Exupéry devra être déplacée car elle se situe en zone inondable, probablement sur le site de l'ancien restaurant scolaire. Ce projet pourra bénéficier de subventions publiques.
  • L'arrêté de carence du Préfet concernant le non respect des engagements de la commune en matière de logements sociaux sur la période 2014-2017 est une grande contrainte pour la commune. Outre l'envol des pénalités, c'est la Préfecture qui peut préempter les terrains. Ainsi donc un projet mené par l'EPFIDF (Établissement Public Foncier Ile de France, établissement dépendant de la Région) serait en cours de négociation sur la propriété face à la nouvelle boulangerie rue de la République. La Mairie doit montrer sa bonne volonté au Préfet pour tout nouvel immeuble qui pourrait se construire sur Saint Rémy en augmentant le pourcentage de logements sociaux.

Pour sortir de la situation critique actuelle de mise sous tutelle due à l'arrêté de carence, la Mairie devra obligatoirement présenter un programme de logements sociaux sur les terrains de la commune (ancienne mairie, EDF, Sœurs) et sur les parcelles privées (terrains Caire, rue Chesneau, Domaine de St-Paul).

  • Les terrains EDF: ce ne sont plus une soixantaine de logements mais probablement plutôt 80 qui seront construits sur ces parcelles avec toujours l'idée d'une supérette, d'un restaurant et d'équipements publics à redéfinir. En attendant qu'un nouveau projet soit redéfini, la maison dite "Mansard" ainsi que certains bâtiments seront rasés cet été mais le bâtiment en dur sera conservé, réhabilité pour accueillir à l'automne l'école de musique comme il a été dit lors du dernier Conseil Municipal (la situation actuelle dans l'ancienne mairie étant trop dangereuse). Le complexe sportif ne peut être utilisé pour cette école. L'école Jean Jaurès non plus, d'autant que celle-ci montre de sérieux signes de faiblesse (fissures structurantes) qui nécessitent de recréer deux classes dans la cour arrière pour vider le bâtiment (une expertise est en cours; faudra-t-il démolir une partie du bâtiment, puis le reconstruire?).
  • Les commerces: la non occupation du commerce au rez de chaussée du Domaine du Lavoir est due à un litige non réglé entre le promoteur et l'Agence du Parc qui devait occuper ces locaux. L'ancien commerce CPY avenue du Général Leclerc, fermé depuis des années, va rouvrir en accueillant un magasin d'électroménager (ceux qui ont repris l'enseigne Dumuits qu'on trouvait à Chevreuse). Les locaux du CCAS du Prieuré seront vendus pour permettre l'installation d'un nouveau commerce.
  • Fibre optique: la Mairie doit encore choisir entre deux opérateurs: TDF (Télé Diffusion de France, utilisée par les autres communes de la Vallée) et Orange (prêt à démarrer les travaux immédiatement). En tout état de cause, la fibre devrait être déployée fin 2019-début 2020 dans tout Saint-Rémy, les branchements étant gratuits pour les particuliers.
  • Assainissement avenue d'Assas et avenue Hoche: les travaux pourraient démarrer fin 2019 et être largement subventionnés pour autant que 85% des riverains se raccordent et donnent leur accord sur les travaux et les devis (resterait à charge environ 2000 € en moyenne par habitation) sinon les riverains devront payer le prix fort (plusieurs milliers d'euros). Contrairement à ce qu'on peut penser, l'exemple de la rue de Paris il y a quelques années démontre qu'il n'est pas facile de convaincre des riverains de se raccorder.
  • Liaisons douces le long de l'Yvette: c'est possible selon Monsieur le Maire. En aval , malgré les travaux de renaturation de l'Yvette et donc la suppression des "bords de l'eau" ; en amont, il faut travailler avec les agriculteurs de la ferme de Coubertin.
  • Zone 30: Mr le Maire indique qu'il est facile de mettre des panneaux 30 un peu partout qui ne seraient pas respectés. Les rues doivent être aménagées, avec des revêtements différenciés comme à Gif, des chicanes comme aux Molières, etc. L'un des passages piétons de la rue de la République va être aménagé en passage 3D (voir photo jointe d'un exemple récent à Chevreuse) prochainement. Des solutions techniques doivent être également trouvées pour limiter les risques à la sortie de la nouvelle boulangerie. Le "devant" du laboratoire va être racheté par la commune de façon à élargir le trottoir à cet endroit. Le désaxement de la rue de la République n'est par contre pas encore d'actualité.
  • Projet RATP de voies de garage: le Conseil Municipal est toujours contre le projet. Les rendez-vous se succèdent: le Département aujourd'hui même, le Sénateur lundi dernier, le Vice Président de la Région en charge des transports prochainement. On attend d'ici la fin du mois le rapport du Commissaire enquêteur sur l'enquête environnementale qui s'est terminée mi-Février.

St-Rémy bénéficie de l'appui de toutes les communes de la CCHVC.

  • Comité de Pôle: Mr le Maire ne veut pas d'un parking de 400 places près de la gare; 200 places lui parait suffisant. Des parkings déportés sur d'autres communes limitrophes ou proches et la mise en place de navettes vers la gare de St-Rémy pourraient être envisagés. Les réunions du Comité de Pôle ne peuvent pas reprendre tant que les négociations avec la RATP sur les voies de garage n'ont pas repris.
  • Inondations de Mai 2016: plusieurs adhérents ont insisté sur la prise en compte par le SIAVHY de la réalité des incidents qui ont eu lieu à cette époque. Mr le Maire plaide pour qu'il n'y ait plus qu'une seule entité pour gérer nos rivières (actuellement c'est le SIAVHY qui gère l'Yvette et le PNR qui gère le Rhodon). Il pense également que les contraintes légales portant sur le curage du lit des rivières destinées, entre autre, à protéger les écosystèmes favorise la création d’embâcles, et donc les risques d'inondations.

Tout le monde a cependant noté que la crue de l'hiver de l'Yvette avait été bien gérée et qu'une information suffisante avait été faite auprès des habitants.

Le retour d’expérience sur les inondations de 2016 a bien été exploité. Mais le manque d'entretien des rivières reste un problème.

 

A partir de 23h, les conversations se sont poursuivies autour d'un pot amical pour se terminer peu avant minuit.

 

Le bureau de votre association sera désigné lors du Conseil d'administration du 10 Avril 2018.

 

AG 21 mars 2018
EPAC Assemblée générale du 21 Mars 2018 [...]
Document Adobe Acrobat [3.7 MB]
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© ENSEMBLE POUR UN AUTRE COEUR DE VILLE